Caroline, ACT volunteer in Thessalonique, Grèce

24 years old

 

“Il y a toujours des imprévus et des choses qui ne vont pas dans le sens que l’on espérait. Rien ne sert de rester braqué là-dessus. Au contraire, il faut essayer de profiter de l’expérience telle qu’elle est. Ce sont des souvenirs que l’on construit et qui sont impérissable”

 

Début octobre 2017, Caroline s’envole pour Thessalonique, dans le nord de la Grèce, pour un volontariat de 6 mois dans les centres de demandeurs d’asile. Sur place, elle partage son quotidien avec d’autres jeunes volontaires : 3 anglais, 1 français et 2 belges.

Profiter de l’expérience même si elle est différente de ce qu’on s’imaginait

Si j’ai bien appris quelque chose, c’est qu’il ne faut pas s’étonner qu’il y ait un décalage entre ce que l’on avait imaginé avant de partir et ce qui se passe réellement sur place.

Il y a toujours des imprévus et des choses qui ne vont pas dans le sens que l’on espérait. Rien ne sert de rester braqué là-dessus. Au contraire, il faut essayer de profiter de l’expérience telle qu’elle est. Ce sont des souvenirs que l’on construit et qui sont impérissables.

Cette expérience m’a notamment permis d’améliorer considérablement mon anglais et de découvrir un pays, une culture et des personnalités magnifiques. Je garde en tête plus de bons souvenirs que de mauvais.

Même si sur place il y a eu des hauts et des bas, principalement à cause des problèmes d’organisation de l’association d’accueil, je suis retourné à Thessalonique après mon projet. J’ai créé des liens fort avec beaucoup de personnes là-bas.

 

%d bloggers like this: